[Thèse soutenue] Boris Biao

[Thèse soutenue] Boris Biao: L’innovation dans l’agriculture numérique est-elle responsable ?

Boris a soutenu sa thèse le 29 novembre à 10h en salle 101 (Bâtiment 11, Château), à l'Institut Agro Montpellier.

L’innovation dans l’agriculture numérique est-elle responsable ?

Je m’appelle Boris Biao, je suis doctorant au sein de l’unité mixte de recherche Marchés Organisations Institutions et Stratégies d’Acteurs (MOISA) à Montpellier SupAgro. Je m’intéresse au concept « d’innovation responsable » appliqué aux innovations en agriculture numérique.
Je suis diplômé en économie agricole, j’ai obtenu un master en Economie du développement agricole, de l’environnement et alimentation (ECODEVA) à Montpellier SupAgro.
Cette thèse est pour moi l’opportunité de renforcer mes compétences en méthodologie de recherche scientifique mais aussi de répondre à une question d’ordre sociétal face au développement d’un secteur innovant. L’idée est d’explorer les processus d’innovation et de développement des outils numériques en agriculture au regard des dimensions de la recherche et innovation responsables. Aussi, la question que l’on se pose est de savoir si une innovation plus « responsable » serait mieux adoptée par les agriculteurs ?

  • Date de démarrage : Novembre 2018
  • Université : MUSE Montpellier Université d’Excellence / L'Institut Agro
  • Ecole doctorale : EDEG – Economie et Gestion
  • Discipline / Spécialité : Gestion
  • Directrices de thèse : Leila Temri, UMR Moisa, L'Institut Agro et Katherine Gundolf, UMR MRM, Université de Montpellier / Montpellier Business School
  • Financement : #DigitAg – L'Institut Agro
  • #DigitAg : Thèse cofinancée – Axe 2 – Challenges 5 et 8

Mots-clés : Innovation responsable, agriculture numérique, TIC, adoption

Résumé : Depuis plus d’une décennie, les récits accompagnant l’innovation dans l’agriculture numérique ont été principalement formulés sous formes d’avantages pour relever les défis de productivité et d’éco-efficacité auxquels l’agriculture est confrontée. Drones, capteurs en plein champ, robots de traite ou de désherbage sont autant d’innovations qui transforment le paysage agricole et bouleversent les pratiques et les processus de production à la fois dans et en dehors des exploitations agricoles. Malgré ses avantages, la digitalisation de l’agriculture soulève des questions sociales et éthiques qui pourraient préoccuper la société au sens large lorsqu’elles ne sont pas gérées de manière adaptée. Le sujet de la gouvernance de l’innovation est alors posé sous l’angle de l’anticipation des implications potentielles des avancées technologiques, de la prise en compte les attentes de parties prenantes et de la société, afin de favoriser une innovation inclusive et durable, en d’autres termes une innovation responsable. L’objectif de la présente thèse est d’étudier la gouvernance de l’innovation dans les entreprises qui conçoivent et commercialisent des solutions (innovations) numériques agricoles (communément appelées entreprises de l’AgTech), en répondant à la problématique suivante : dans quelle mesure l’innovation dans l’agriculture numérique est-elle responsable ? Cette thèse mobilise le cadre d’analyse évolutionniste de l’innovation et interroge les capacités d’innovation responsable des entreprises de l’AgTech en France.
Nos résultats montrent que les processus d’innovation dans l’agriculture numérique sont caractérisés par l’exploration et l’exploitation de nouvelles idées à fort potentiel technologique et intégrant des avantages compétitifs et quelquefois les besoins des utilisateurs, ce qui indique un potentiel d’innovation responsable. Nous décrivons des capacités spécifiques d’innovation responsable au regard des enjeux et des risques de la digitalisation agricole qui sont multiformes et multiniveaux. Nous montrons que l’engagement des parties prenantes externes dans les processus d’innovation de l’agriculture numérique recouvre de multiples facettes mais distinct de l’idéal en matière d’innovation responsable. Cependant, malgré un engagement partiel et sélectif de parties prenantes externes dans les processus d’innovation, nous mettons en lumière des leviers d’une gouvernance responsable de l’innovation dans l’agriculture numérique en vue de soutenir la durabilité de l’agriculture. Enfin, nous insistons sur le rôle des connaissances et des parties prenantes, sur l’importance des phénomènes d’interactions et d’apprentissage, et sur l’adaptabilité des processus d’innovation, afin de soutenir une transition numérique agricole socialement acceptable et durable, aux niveaux individuel, sectoriel et sociétal.

Composition du jury:

Mme Leïla TEMRI - Institut Agro Montpellier - Directrice de thèse
Mme Sophie VEILLEUX - Université de Laval (Canada) - Rapporteure
Mme Sandrine BERGER-DOUCE - Ecole des Mines de Saint-Etienne - Rapporteure
Mme Katherine GUNDOLF - Université des sciences appliquées de Haute-Autriche - Co-directrice de thèse
Mme Véronique BELLON-MAUREL INRAE- Institut Convergence DigitAg - Examinatrice
M. Ramonjy DIMBI - Groupe Excelia, Campus de La Rochelle - Examinateur

Contact : leila.temri [AT] supagro.fr – Tél: 06.95.50.09.84

Réseaux : ResearchGateLinkedInTwitter

Voir aussi

Télécharger le mémoire de thèse

Communications & Publications

Babatoundé Boris Biao (2018) Description du contexte institutionnel du système sectoriel d’innovation de l’agriculture numérique  – Master2 #DigitAg – Mémoire à télécharger

Date de modification : 17 mai 2024 | Date de création : 22 août 2022 | Rédaction : ZM