[Paroles de doctorants] Yasmine Ngadi Scarpetta : De l’image satellite au système d’utilisation des terres : détection et caractérisation des acquisitions de terre à grande échelle à partir de données d’observation de la Terre

Thèse cofinancée par #DigitAg

Je m’appelle Yasmine Ngadi Scarpetta, doctorante à l’UMR Espace-Dev (IRD) et l’UMR Tetis (CIRAD) dans la Maison de la Télédétection (MTD) à Montpellier. Mon sujet porte sur la détection automatique des acquisitions (aussi appelées accaparements) de terre à grande échelle.

Bio-ingénieur en agronomie, j’ai collaboré pendant quelques années dans une unité de recherche à l’Université Libre de Bruxelles dédiée à l’exploitation et analyse de données satellitaires. Suite à cette expérience, je me suis spécialisée dans la télédétection avec un MSc spécialisé à l’Université d’Utrecht, et me suis mise en contact avec l’UMR Tetis qui m’a proposé un stage sur le sujet. L’interaction s’est tellement bien passée et le sujet est tellement intéressant, que j’ai décidé d’entreprendre une thèse.

Le projet de recherche sur lequel je travaille vise à explorer le potentiel des données satellite pour détecter et caractériser automatiquement, à différentes échelles, les acquisitions de terres à grande échelle (ATGE) agricoles. Des indicateurs directs et/ou indirects seront extraits et analysés en fonction des différents types d’ATGE recherchés. Ces travaux seront initialement menés à l’échelle nationale, au Sénégal.

Ce sujet m’intéresse car la problématique est importante dans mon pays d’origine (Colombie). Également, car c’est un sujet innovant, ‘challenging’, à fort impact social, qui combine mes différents domaines d’expertise (agronomie, télédétection, data mining). Dans cette première phase de recherche, l’utilisation de séries temporelles d’images satellites (SITS) pour la détection de changements liés à l’installation d’ATGEs apparait comme une technique prometteuse.

De l’image satellite au système d’utilisation des terres : détection et caractérisation des acquisitions de terre à grande échelle à partir de données d’observation de la Terre

  • Date de démarrage : 1er novembre 2020
  • Université : Université de Montpellier
  • Ecole doctorale : GAIA
  • Discipline / Spécialité : Géomatique – Télédétection
  • Directrices de thèse : Anne-Elisabeth Laques (IRD, UMR Espace-Dev), Agnès Bégué (CIRAD, UMR Tetis)
  • Encadrante  : Valentine Lebourgeois (CIRAD, UMR Tetis)
  • Financement : Contrat doctoral Université de Montpellier
  • #DigitAg : Thèse cofinancée – Axe 5: Fouille de données, analyse de données, extraction de connaissances – Challenge 0 : sujet transversal et Challenge 6 : TIC et gestion du territoire agricole

Mots-clés : ATGE, Changement d’utilisation des sols, Détection de changements, SITS, NDVI

Résumé : Les acquisitions de terres à grande échelle (ATGE), souvent appelées « accaparement des terres », font référence au contrôle de grandes parcelles de terrain par des particuliers/États/entreprises à des fins agricoles, d’exploitation forestière/minière ou autres. Cette étude porte sur les ATGE agricoles qui sont majoritaires. Compte tenu de la disponibilité de ressources biophysiques et de l’absence de réglementations foncières strictes, ces investissements sont surtout répandus dans les pays en développement (75% en Afrique). Étant donné l’opacité de l’information liée à ces acquisitions, des techniques permettant la détection, la caractérisation et la surveillance automatique des ATGE dans l’espace et dans le temps sont nécessaires.

Avec la disponibilité croissante des données satellitaires, les développements technologiques dans le cloud computing, l’analyse d’images et l’exploration de données, la télédétection est vite apparue comme étant une technique prometteuse. De par leur gratuité, leur couverture globale, leur répétivité et leur qualité radiométrique, les données multi-temporelles ont rencontré un large succès dans les études de détection des changements d’utilisation et d’occupation des sols. Les ATGE sont la manifestation d’une dynamique complexe homme-environnement dans un lieu donné, et ne sont pas directement observables à partir d’images satellite. Bien que leur détection soit souvent impossible sur la base des seules observations de la terre, ces systèmes peuvent cependant être déduits d’activités observables, d’éléments structurels dans le paysage ou des caractéristiques spatio-temporelles à différentes échelles.

Ce projet de recherche vise à explorer le potentiel des données satellite pour détecter et caractériser à différentes échelles les ATGE agricoles. Des indicateurs directs et/ou indirects seront extraits et analysés en fonction des différents types d’ATGE recherchés. Ces travaux seront initialement menés à l’échelle nationale, au Sénégal.

Contact :  yasmine.ngadi_scarpetta[AT]cirad.fr

Réseaux sociaux  : ResearchGate