[Paroles de doctorants] Ellen Laclef : Conception et performances de systèmes d’élevages innovants utilisant des méthodes alternatives aux traitements hormonaux dans la gestion de la reproduction des ovins laitiers

Ellen Laclef porte un sujet de thèse cofinancée par #DigitAg

Bonjour, je m’appelle Ellen Laclef, je suis doctorante au sein de l’UMR SELMET de l’INRA à Montpellier. Diplômée d’une école d’ingénieur Agronome (ENSAIA), je me suis spécialisée dans le domaine du développement durable des filières agricoles. Après un stage de recherche sur les innovations en système d’élevage cunicole à l’UMR GenPhyse de l’INRA de Toulouse, j’ai développé un goût prononcé pour la recherche et j’ai décidé de me lancer dans l’aventure de la thèse.

La gestion de la reproduction sans hormones en élevage de petits ruminants laitiers est un levier à mobiliser pour répondre aux enjeux de l’agro-écologie et à l’évolution des demandes sociétales. Mon sujet porte sur la conception et les performances de systèmes d’élevage innovants qui utilisent des alternatives aux traitement hormonaux dans la gestion de la reproduction. Le dispositif innovant de détection automatisée des chaleurs Alpha-D® est aujourd’hui le seul outil pour réaliser des inséminations artificielles sans hormones en élevage ovin. L’introduction de nouveaux outils comme celui-ci entraîne des changements à l’échelle de l’animal, du troupeau et de la ferme pour les exploitations qui les utilisent.

L’objectif de mon travail est d’aborder la question de l’introduction d’innovation technologique dans la gestion de la reproduction ovine en développant un outil de simulation à base d’agents. Les 2 principales questions de recherche posées sont :

    • Comment les éleveurs intègrent de nouveaux dispositifs de gestion de la reproduction dans leur système et les mettent en cohérence ?
    • Quels sont les impacts de cette introduction à la fois sur les performances du troupeau et sur la durabilité des systèmes d’élevage ?

Les résultats obtenus nous permettront d’identifier les scénarios les plus pertinents d’introduction de l’innovation technologique dans la gestion de la reproduction sans hormones et d’amorcer la réflexion avec les acteurs de la filière.

Conception et performances de systèmes d’élevages innovants utilisant des méthodes alternatives aux traitements hormonaux dans la gestion de la reproduction des ovins laitiers

  • Date de démarrage : novembre 2019
  • Université : MUSE Montpellier Université d’Excellence / Montpellier SupAgro
  • Ecole doctorale :  GAIA, Montpellier
  • Discipline / Spécialité :  Zootechnie, modélisation
  • Directeur de thèse :  Eliel Gonzalez-Garcia (INRA SELMET)
  • Encadrant(es) : Amandine Lurette (INRA, SELMET), Patrick Taillandier (INRA, MIAT), et Nathalie Debus (INRA, SELMET)
  • Financement : #DigitAg – INRA
  • #DigitAg : Thèse cofinancée – Axes 6 & 2, Challenges 4 & 1

Mots-clés : élevage innovant, petits ruminants, simulation, modèle d’agents, détecteur automatique des chaleurs, reproduction sans hormones

Résumé :

La gestion de la reproduction sans hormone en élevage de petits ruminants laitiers est un levier à mobiliser pour répondre aux enjeux de l’agro-écologie et à l’évolution des demandes sociétales. Le dispositif de détection automatisé des chaleurs Alpha-D® demeure à ce jour le seul outil opérationnel en élevages ovins permettant de réaliser des inséminations artificielles sans utilisation de traitements hormonaux de synchronisation. L’introduction de tels nouveaux outils implique des processus de changements pour les exploitations concernées, en particulier des changements techniques à l’échelle de l’animal, du troupeau et/ou de la ferme. L’objectif de cette thèse est double. Il s’agit d’abord de caractériser les processus par lesquels les éleveurs conventionnels et en agriculture biologique intègrent le dispositif Alpha-D® dans leur système, et comment ils mettent en oeuvre des modifications de pratiques associées. Ensuite, le travail vise à évaluer l’impact de cette introduction dans une diversité de systèmes (conventionnels et biologiques) n’ayant plus recours aux traitements hormonaux dans leur gestion de la reproduction. L’évaluation quantitative des performances des systèmes modélisés sera complétée par des appréciations qualitatives issues des interactions avec les différents acteurs impliqués.

 

Contact: ellen.laclef [AT] inrae.fr

Réseaux : LinkedIn