[Paroles de doctorants] Boris Biao : L’innovation dans l’agriculture numérique est-elle responsable ?

Boris porte un sujet de thèse cofinancée par #DigitAg

Je m’appelle Boris Biao, je suis doctorant au sein de l’unité mixte de recherche Marchés Organisations Institutions et Stratégies d’Acteurs (MOISA) à Montpellier SupAgro. Je m’intéresse au concept « d’innovation responsable » appliqué aux innovations en agriculture numérique.

Je suis diplômé en économie agricole, j’ai obtenu un master en Economie du développement agricole, de l’environnement et alimentation (ECODEVA) à Montpellier SupAgro.

Cette thèse est pour moi l’opportunité de renforcer mes compétences en méthodologie de recherche scientifique mais aussi de répondre à une question d’ordre sociétal face au développement d’un secteur innovant. L’idée est d’explorer les processus d’innovation et de développement des outils numériques en agriculture au regard des dimensions de la recherche et innovation responsables. Aussi, la question que l’on se pose est de savoir si une innovation plus « responsable » serait mieux adoptée par les agriculteurs ?

L’innovation dans l’agriculture numérique est-elle responsable ?

  • Date de démarrage : Novembre 2018
  • Université : MUSE Montpellier Université d’Excellence / Montpellier SupAgro
  • Ecole doctorale : EDEG – Economie et Gestion
  • Discipline / Spécialité : Gestion
  • Directrices de thèse : Leila Temri, Montpellier SupAgro MOISA et Katherine Gundolf, Université de Montpellier MRM / Montpellier Business School
  • Financement : #DigitAg – Montpellier SupAgro
  • #DigitAg : Thèse cofinancée – Axe 2 – Challenges 5 et 8

Mots-clés : innovation responsable, agriculture numérique, TIC, adoption

Résumé :

L’agriculture numérique est susceptible de contribuer à l‘amélioration de la durabilité. Pourtant ses impacts sociaux et environnementaux sont parfois dénoncés. Le concept d’innovation responsable a émergé au début des années 2000 avec l’apparition de technologies controversées telles que les biotechnologies, les nanotechnologies, mais aussi les technologies de l’information et de la communication.  Ce concept stipule que lorsque l’ensemble des parties prenantes est intégré tout au long du processus, et que l’ensemble des impacts potentiels, y compris négatifs, est anticipé, l’acceptabilité sociale des innovations est meilleure. Il s’est ensuite développé, particulièrement en Europe, mais aussi aux Etats-Unis. Dans ce contexte, la question de recherche que nous nous posons est la suivante : une innovation plus responsable permet-elle réellement une meilleure adoption des innovations digitales par les agriculteurs ?

 

Contact: babatounde-boris.biao [AT] supagro.fr – Tél : 0695500984

Réseaux : ResearchGateLinkedInTwitter

Communications / Publications

Babatoundé Boris Biao (2018) Description du contexte institutionnel du système sectoriel d’innovation de l’agriculture numérique  – Master2 #DigitAg – Mémoire à télécharger