[Paroles de doctorants] Margot Challand : Combiner les approches participatives et la modélisation sous contraintes pour concevoir des dispositifs de design agroécologique

Sujet de thèse cofinancée par #DigitAg

Je suis doctorante au sein de l’unité AbSys à l’Intitut Agro. Durant ma formation d’Ingénieur agronome à l’Institut Supérieur d’Agronomie Rhône-Alpes, je me suis spécialisée en innovation et transition agroécologique. En apprentissage j’ai eu l’opportunité de travailler sur des projets transversaux et je me suis découvert un attrait pour la recherche et pour le domaine de l’informatique.
Mon sujet de thèse consiste à combiner les approches participatives et la modélisation par contrainte pour concevoir des dispositifs de design agroécologique. J’ai choisi de travailler sur ce sujet car c’est une opportunité pour moi à la fois de renforcer mes compétences en méthodologie de recherche scientifique, mais aussi de consacrer mon énergie à un sujet qui me passionne tout en contribuant à la transition écologique.

Combiner les approches participatives et la modélisation sous contraintes pour concevoir des dispositifs de design agroécologique

  • Date de démarrage : 1er décembre 2021
  • Université : L’Institut Agro
  • Ecole doctorale : GAIA (Biodiversité, Agriculture, Alimentation, Environnement, Terre, Eau)
  • Discipline / Spécialité : Informatique, agronomie
  • Directeur de thèse : Stéphane de Tourdonnet, UMR Innovation, Institut Agro
  • Encadrant(es)  : Stéphane de Tourdonnet (UMR Innovation, Institut Agro), Vismara Philippe (UMR Mistea, Institut Agro)
  • Financement : #DigitAg – Institut Agro
  • #DigitAg : Thèse cofinancée – Axe 2 : Innovations en agriculture numérique, Challenge 1 : Le challenge agroécologique

Mots-clés : transition agroécologique, intelligence artificielle, simulation, co-conception, évaluation participative, verger, maraîchage

Résumé : Répondre aux enjeux de l’agriculture dans un contexte de changements globaux, d’érosion de la biodiversité et d’épuisement des ressources fossiles impose un profond renouvellement des systèmes agricoles. L’agroécologie propose de fonder la conception des systèmes agricoles sur la valorisation des fonctionnalités écologiques. Cela nécessite de réintroduire de la biodiversité dans les agrosystèmes, d’adapter les pratiques au contexte local, de combiner des connaissances (scientifiques, expertes, opérationnelles). Les expériences d’agroécologie à travers le monde ont montré qu’accroître la complexité de l’agrosystème permet d’accroitre sa résilience, de diminuer la dépendance aux intrants de synthèse, de fournir des services écosystémiques et d’améliorer ainsi ses performances. Mais ces expériences ont également montré la difficulté de concevoir ces agrosystèmes complexes : le design agroécologique demeure un obstacle majeur pour les acteurs de la transition agroécologique, par manque d’outils et de démarches adaptés. Ce défi pour les chercheurs en agronomie interpelle aussi la recherche en intelligence artificielle pour la conception de tels outils. L’objectif de cette thèse est d’articuler des concepts et méthodes issus de ces deux champs disciplinaires pour outiller cette étape du design agroécologique par (i) des modèles de raisonnement sous contraintes permettant d’explorer la combinatoire des arrangements spatio-temporels des éléments de l’agrosystème et d’évaluer les performances associés, (ii) un dispositif de design participatif utilisant les modèles comme objet intermédiaire, permettant d’expliciter les contraintes, de combiner les connaissances et de stimuler la créativité pour co-concevoir le design de fermes agroécologiques.


Contact:  margot.challand [AT] outlook.fr – Tél : 06 66 31 66 19

Réseaux sociaux  : LinkedIn