[Paroles de doctorants] Margaux Lapierre : Réduction de l’usage des pesticides, risques et valeurs de l’information numérique en agriculture

Thèse cofinancée par #DigitAg

Je suis titulaire d’un Master en économie de l’environnement et des ressources naturelles, obtenu à la Toulouse School of Economics (2018). J’ai ensuite réalisé mon stage de fin d’études à INRAE, au sein de l’UMR CEE-M, où j’ai découvert l’économie agricole à travers l’évaluation empirique du programme de réduction des pesticides DEPHY (Plan Ecophyto). J’ai ensuite travaillé comme assistante de recherche pendant 2 ans, dans le cadre d’un projet de R&D visant à tester sur le terrain de nouvelles formes d’incitations économiques pour encourager les agriculteurs à adopter des pratiques plus respectueuses de l’environnement.

Ma thèse porte sur la valeur de l’information numérique dans un objectif de réduction de l’utilisation de pesticides. L’utilisation des outils d’aide à la décision (OAD) pour réduire les pesticides est très prometteuse, mais peu répandue actuellement.

Notre hypothèse est que les OAD ne répondraient pas suffisamment aux biais induits par les perceptions et les attitudes des agriculteurs face aux risques. Nous allons donc chercher à comprendre comment les informations nouvelles fournies par le numérique (satellite, capteurs embarqués…) peuvent réduire l’incertitude à différentes échelles (parcelle, exploitation, territoire…) et, en répondant aux biais évoqués, augmenter la confiance qu’ont les agriculteurs dans ces OAD enrichis de ces informations.

Réduction de l’usage des pesticides, risques et valeurs de l’information numérique en agriculture

  • Date de démarrage : 1er octobre 2020
  • Université : Université de Montpellier – MUSE Montpellier Université d’Excellence
  • Ecole doctorale : Ecole Doctorale d’Economie Gestion de Montpellier (EDEG)
  • Discipline / Spécialité : Economie
  • Directeur de thèse : Douadia Bougherara, CEE-M, Inrae – Marc Willinger, CEE-M, Université de Montpellier
  • Encadrant(es)  : Sophie Thoyer, CEE-M, Inrae – François Brun, Acta – Emmanuelle Gourdain, Arvalis
  • Financement : #DigitAg – Université de Montpellier
  • #DigitAg : Thèse cofinancée – Axe 1 : Impact des technologies de l’information et de la communication sur le monde rural, Axe 3 : Capteurs, acquisition et gestion de données, Axe 6 : Modélisation et simulation (systèmes de production agricole) – Challenge 3 : La protection des cultures, Challenge 5 : Les services de conseil agricole

Mots-clés : Usage de pesticides, Outils d’aide à la décision, Capteurs, Aversion au risque, Perception du risque, Valeur de l’information

Résumé : Les nombreux outils d’aide à la décision (OAD) à disposition des agriculteurs pour réduire l’usage des pesticides sont souvent sous-utilisés. Une hypothèse est qu’ils sont conçus sans prendre suffisamment en compte les perceptions et attitudes des agriculteurs face au risque. Comment mieux comprendre ces comportements et mesurer la valeur d’informations nouvelles (fournies notamment par les capteurs de l’agriculture numérique) pour reconcevoir des OAD plus efficaces et mieux adaptés, à destination des agriculteurs et des territoires ? Nous travaillerons sur trois axes en partant d’au moins deux cas contrastés. (1) La définition et la mesure des perceptions pour le risque par les agriculteurs.  Dans une optique pluridisciplinaire, nous caractériserons les risques associés à la réduction de l’usage de pesticides en s’intéressant plus spécifiquement au problème du « multi-risque », à la perception des agriculteurs de ces différents types de risques et à leur sensibilité face à ces risques, grâce à des méthodes expérimentales de mesure de ces préférences et perceptions sur les terrains envisagés avec des agriculteurs (field experiments). (2) Mesure de la valeur de l’information numérique. Nous développerons un cadre conceptuel des déterminants de la valeur de l’information : socioéconomiques, agronomiques et écologiques. Nous mettrons ensuite en place des méthodes expérimentales et/ou statistiques afin de mesurer comment des informations nouvelles issues du numérique peuvent améliorer la valeur des OAD existants. (3) Communiquer sur le risque grâce aux informations du numérique. Il s’agira ici de déterminer la manière optimale de construire et de communiquer l’information aux utilisateurs de l’OAD. L’économie comportementale sera mobilisée. Cela aura en retour des conséquences sur la modélisation de la décision, sur la conception de l’OAD lui-même et sur la manière dont l’information devra être mesurée, enregistrée, suivie, traitée et partagée. Enfin, nous pensons ouvrir ce travail par une réflexion sur l’analyse économique d’un dispositif numérique d’information avec sa dimension de propriété de l’information (privé vs public) et son insertion dans le cadre plus large du conseil agricole.

Contact: margaux.lapierre [AT] supagro.fr​ – Tél : 04 99 61 28 71

Communications / Publications :

Bougherara, D., Lapierre, M., Sauquet, A., Preget, R., (2020). Do farmers favor increasing, decreasing, or stable payments in Agri-Environmental Schemes? CEE-M Working Papers, WP 2020-10. 44 p.

Lapierre, M., Sauquet, A., Subervie, J. (2019). Improving farm environmental performance through technical assistance: empirical evidence from pesticide use. CEE-M Working Papers, WP 2019-15. 36 p.

Impact of the DEPHY network on pesticides use : evidence from French vineyards, Mémoire de fin d’études, 2018, 51 p.