5 projets innovants lauréats du hackathon à la ferme #HackTaFerme2019

Le #HackTaFerme 2019 c’est 3 jours pour réunir les mondes agricoles et du numérique pour imaginer ensemble des solutions concrètes en 48h de code. Cette année, 50 participants étaient accueillis chez des agriculteurs, coopératives et mairies du Gers. Des 13 défis identifiés sont issus 9 équipes participantes et 5 projets lauréats. Retour sur ce hackathon original avec François Brun, organisateur pour l’Acta et responsable de l’innovation pour #DigitAg. L’institut, qui soutenait l’événement, était aussi présent à travers l’équipe “Charte Botte” qui réunissait Ivana Aleksovska, doctorante, et Smag, entreprise membre.


L’équipe AdvenTips à Escorneboeuf, chez Christian Dallies, agriculteur-hôte

Innovation participative agri-numérique

Le HackTaFerme s’inscrit dans le cadre des nouvelles formes d’innovation participative que l’univers du numérique permet de conduire… pour relever tous les défis qui s’offrent à l’agriculture confrontée à de grands enjeux, dont la transition agroécologique n’est pas des moindres.” souligne Jean-Paul Bordes, Directeur Général de l’Acta, porteur du hackathon.

Pour François Brun, dans ce format de hackathon, la place des agriculteurs est centrale : “Dès le printemps, ils ont participé à 5 ateliers participatifs d’émergence de thématiques. Ils ont pu y exposer leurs besoins, proposer des cas à résoudre et ont été invités à rejoindre les équipes. Durant ce week-end, ils ont aussi été hôtes, coaches d’équipes et membres du jury, à côté de responsables professionnels.“. Autour des agriculteurs, les équipes, librement constituées, ont réuni des informaticiens d’entreprises et de startups comme des étudiants, dont certains n’ont pas hésité à venir de Paris ou de plus loin. Chacun a choisi quel défi traiter, à partir des 13 sujets identifiés en amont par les agriculteurs et les acteurs agricoles.

5 projets  lauréats

“En 48 heures, on code beaucoup et on essaie de fournir le maximum pour pouvoir répondre à des besoins spécifiques du monde agricole.”  indique Charles Cernay, co-organisateur. Tous les pitchs ont montré des prototypes opérationnels, il en résulte 5 projets innovants primés, Il s’agira maintenant pour les participants, de poursuivre leur développement pour aboutir à des applications diffusables et viables.

  • 1er prix : Assolia “L’assolement intelligent et  simple pour une gestion durable de son exploitation”

L’application aide l’agriculteur à organiser et répartir ses cultures dans les différentes parcelles de son exploitation en respectant contraintes de développement durable (absorption du carbone, réduction des phytosanitaires) et règles de rotation. “Tout cela est depuis longtemps connu en agronomie, mais cela n’avait pas été diffusé assez largement” explique François Brun.
L’équipe portée par Clément Albouy, avec Rémy Dangla, Pierre Albouy et Sébastien Albouy était accueillie au silo de Frégouville de la coopérative agricole Val de Gascogne

  • 2e prix : Agri-Traduction

L’idée vient d’une agricultrice. Sur son compte twitter le projet se définit comme “le Google Translate de l’Agriculture” et invite les agriculteurs à participer pour “vous faire enfin comprendre par vos voisins !”. Ici, l’objectif est de faciliter le dialogue agriculteurs-citoyens : les actions techniques des premiers sont “traduites” en résultats concrets pour les seconds grâce à la génération de “messages ludiques et positifs” que l’agriculteur pourra choisir de poster sur des réseaux sociaux. Pour exemple, la certification Haute Valeur Environnementale Niveau 3 d’un agriculteur peut se “traduire” en tweets, comme “Je m’engage pour la biodiversité, plus de haies pour nos oiseaux. 🐤🦉” ou “Gîte 4* pour 🐸 au sein de mon exploitation. #Biodiversite #Mare #FierDeMonMetier”.

L’équipe portée par Hélène Gross, chargée de mission Biodiversité à l’Acta, était accueillie à la ferme de Josiane Delteil, coach impliquée. Pour la suite, l’Acta souhaite soutenir la communication positive du projet, avec des partenaires.
Twitter : @AgriTraduction – Site : https://agri-traduction.frvidéo de démo

2 équipes sont ex-aequo à la 3e place :

  • 3D bovins : à partir d’une base de données d’images 3D de jeunes bovins, le projet a développé une application pour évaluer le poids des veaux. L’équipe réunissait Cargill et l’IDELE (Laurence Depuille).

 

  • Adven’tips est un outil d’aide aux choix de méthode de désherbage mécanique pour une efficacité maximale. La gestion de la flore adventice est aussi un besoin qui a émergé des demandes d’agriculteurs.
    Christian Dallies, exploitant-hôte en agriculture biologique faisait partie de l’équipe, animée par Géraldine Hirschy (chargée de Projets Numériques Européens à l’Acta).

 

Le 5ème prix est revenu à Irrisite, un outil de diagnostic énergétique des installations d’irrigation. Le projet était porté par Sophie Gendre (Ingénieur R&D gestion de l’eau chez ARVALIS – Institut du végétal) qui a fait équipe avec des informaticiens inscrits en individuel. Ils étaient accueillis par les agriculteurs d’Auradé et leur mairie.

Le bilan du week-end est positif :  les agriculteurs ont été particulièrement contents de s’impliquer dans les équipes, et tous les participants ont apprécié la richesse des échanges.

En attendant la prochaine édition d’un hackathon agri-numérique, une étude sociologique vient de démarrer dans le cadre de #DigitAg, sur l’apport de ces dispositifs dans l’émergence des innovations. Elle analysera l’organisation et les apports de 5 hackathons passés (éditions HackTaFerme, #DigitAg Challenge et ApiAgro). Ses résultats seront communiqués début 2020.

 

En savoir plus : Contact #DigitAg > francois.brun [AT] acta.asso.fr  – Site > https://hacktaferme.fr

Dans les médias :

Retour en images