[ REPLAY Séminaire T-Tag] : Quand la chimiométrie rencontre les big-data / Améliorer les pratiques d’échantillonnage en viticulture grâce aux outils de l’agriculture de précision, par Maxime Metz et Baptiste Oger – 08.07.2020

T-Tag, webinaires scientifiques de #DigitAg : les doctorants #DigitAg présentent leurs travaux de recherche

Revoir les interventions de nos 2 doctorants et les échanges qui ont suivi.


Quand la chimiométrie rencontre les big-data…

par Maxime Metz, INRAE, ITAP

La spectrométrie proche infrarouge peut désormais fournir à l’agriculture numérique d’énormes quantités de données. Les outils usuels utilisés en chimiométrie ont prouvé leur pertinence pour les petites bases de données.
Cependant, certains d’entre eux ne sont pas capables de traiter de grandes bases de données qui apparaîtront dans un futur proche.
Cette présentation va aborder la méthode “local-PLS”, issue de la chimiométrie, et proposer d’y intégrer un algorithme issu du big-data nommé parSketch.

Maxime est doctorant INRAE accueilli à l’UMR ITAP (Information-Technologies- Analyse environnementale – Procédés agricoles) de Montpellier. De formation universitaire dans le domaine de la chimie (D.U.T, Licence professionnelle, Master 1), il s’est orienté vers l’analyse de données multivariées en chimie (Master 2 OPEX). Son sujet de thèse est à l’interface entre deux domaines : chimiométrie (analyse de données chimiques) et big-data.

Voir aussi: la page de Maxime Metz


Comment améliorer les pratiques d’échantillonnage en viticulture grâce aux outils de l’agriculture de précision ? Exemple de l’estimation du rendement

par Baptiste Oger, L’Institut Agro | Montpellier SupAgro, ITAP

Le suivi d’une parcelle viticole nécessite souvent la réalisation de mesures par échantillonnage sur le terrain. Dans ce contexte, se pose alors le problème du choix des sites où réaliser les mesures sur la parcelle.
Comment s’assurer de choisir des sites de mesures représentatifs ?
Comment prendre en compte les contraintes opérationnelles et les spécificités de la parcelle qui s’imposent à l’échantillonneur ?
Comment les outils de l’agriculture de précision peuvent contribuer à l’amélioration des pratiques ?

Baptiste est ingénieur agronome de formation. Diplômé de Montpellier SupAgro en 2017 avec une spécialisation en statistiques, il a poursuivi son cursus avec une thèse sur les problématiques d’échantillonnage. Cette thèse interdisciplinaire – qui allie agriculture de précision, informatique et statistiques – est co-encadrée par les UMR ITAP et MISTEA.

Voir aussi: la page de Baptiste Oger