[Paroles de doctorants]Houssem Triki : Interactions entre attaques de bioagresseurs et croissance des plantes par une approche modèle appliquée au caféier robusta en Ouganda. Effets sur la production

Sujet de thèse labellisé par #DigitAg

Interactions entre attaques de bioagresseurs et croissance des plantes par une approche modèle appliquée au caféier robusta en Ouganda. Effets sur la production

Je suis titulaire d’une licence en électronique et d’un Master recherche en automatique de l’Université de Djelfa en Algérie. Par la suite, j’ai obtenu un Master Système, machine autonome et réseaux de terrains, à l’Université de Lille.
Je travaille sur la création d’un formalisme couplant des modèles de croissance de plantes et des modèles d’attaque de maladie ou/et de ravageurs. La culture cible est le caféier robusta, arbustes cultivés en Ouganda. Aussi, mon but est d’avoir un moyen de suivre les effets des maladies et leurs répercussions tant sur la croissance de la plante que sur sa rentabilité, afin d’aider les cultivateurs ougandais. Ainsi, j’espère constituer une base pour construire des outils numériques d’aide à la décision pour soutenir localement une production durable. J’ai toujours été fasciné par les sciences du vivant et les questions relevant de l’environnement et sa protection. Ces thématiques sont au premier plan de ma thèse, ainsi que l’internationalité puisque mon travail s’intègre dans le projet européen DeSIRA « ROBUST », dont l’objectif est de soutenir le développement économique durable de l’Ouganda en promouvant et en améliorant les systèmes de culture agroforestiers du café Robusta.

  • Date de démarrage : 3 janvier 2022
  • Université : Université de Montpellier
  • Ecole doctorale : Information Structures Systèmes (I2S)
  • Discipline / Spécialité : Informatique et science environnemental
  • Directeur de thèse : Marc Jaeger (Amap, Cirad)
  • Encadrant(es)  : Fabienne Ribeyre(PHIM, Cirad) , Fabrice Pinard(PHIM, Cirad)
  • Financement : Projet Européen DeSIRA / CIRAD
  • #DigitAg : Thèse labellisée – Axe 6 : Modélisation et simulation (systèmes de production agricole), Axe 2 : Innovations en agriculture numérique Axe 3 : Capteurs, acquisition et gestion de données, Challenge 1 : Le challenge agroécologique Challenge 3 : La protection des cultures Challenge 5 : Les services de conseil agricole

Mots-clés : Systèmes dynamiques, FSPM, Couplage, Bioagresseurs, GreenLab, Café, Rouille, BTB, Scolyte, Ouganda

Résumé : L’une des difficultés auxquelles les producteurs de café sont confrontés est les attaques des bioagresseurs. En Ouganda, la production de café est fortement affectée par des champignons (rouille, trachéomycose) et des ravageurs (scolyte des branchettes, scolyte des baies). Il est important de pouvoir anticiper les pertes de rendement qu’un bioagresseur va causer sur la récolte en cours mais aussi sur les suivantes pour décider de l’opportunité d’actions de gestion. Cette thèse est une contribution pour répondre à cette question.
L’objectif de cette thèse est d’élaborer une méthode de couplage entre des modèles d’attaque de différents bioagresseurs et un modèle de croissance de plante. Le but pratique est de mettre en place les bases d’un outil permettant de prévoir les impacts à court et long terme de la tracheomycose et du scolyte des branchettes sur la production du caféier Robusta.
La construction de ce modèle couplé permettra d’intégrer les interactions entre le bioagresseur et la plante. Elles sont importantes pour appréhender leurs évolutions respectives. Un bioagresseur a des effets directs et indirects sur les organes (par exemple sur la production de fruits) et aussi des répercussions sur la phénologie et la croissance ultérieures de la plante (feedback), qui s’étalent dans le temps. Réciproquement, la dynamique du bioagresseur au cours du temps peut dépendre de la croissance et de la phénologie de la plante. L’intégration de ces feedbacks, souvent négligés, dans les modèles permettra de prédire sur du long terme l’évolution de la production en lien avec le climat et la présence du bioagresseur. Cette approche sera appliquée sur le caféier dans le cadre d’un projet européen DeSIRA en Ouganda avec différents partenaires locaux.


Contact: houssem.triki [AT] cirad.fr – 07 83 58 79 85