FAO : #DigitAg donne sa vision sur la création d’une plateforme internationale pour l‘agriculture et l’alimentation numériques

L’Institut Convergences #DigitAg, représenté par Véronique Bellon Maurel, a été invité le 3 décembre à participer, en tant qu’acteur académique, à un dialogue de haut niveau organisé par la FAO sur la création d’une plateforme internationale pour l‘agriculture et l’alimentation numériques, #DigitAg a répondu aux 3 questions suivantes :

 

 

Comment mobiliser les outils numériques pour accélérer la transformation de l’agriculture et des systèmes alimentaires?

L’agriculture numérique ne se limite plus à l’étape de la production agricole ; elle va au-delà de la ferme en prenant en compte les chaines de valeurs et les territoires ruraux associés. Ceci est rendu possible par de nouveaux leviers technologiques: la multiplication des données, la science des données et le calcul haute performance (HPC), et la connectivité et les réseaux de communication.

Nous identifions 3 ambitions pour la recherche et l’innovation en agriculture numérique : (i) l’amélioration de la production agricole et de la gestion des risques, qui vise à augmenter la résilience et l’efficience environnementale ; créons une « agroécologie numérique » qui s’applique à tous les modèles d’agriculture ! (ii) l’amélioration des systèmes alimentaires, avec des systèmes alimentaires territorialisés (nouvelles formes d’intermédiation (plateformes), logistique optimisée, traçabilité) ; (iii) l’amélioration des moyens d’existence dans les zones rurales, car le numérique désenclave et reconnecte le monde rural, et rend l’agriculture plus attractive.

La recherche en agriculture numérique peut répondre à ces 3 ambitions en apportant des connaissances à chacune d’elles, mais aussi en créant des synergies entre elles.

Quels sont les challenges clés ?

Les défis doivent être relevés via une recherche et une innovation responsable pour  limiter les risques identifiés: (i) le renforcement des inégalités et asymétries actuelles, incluant la question des données (ii) la perte de compétence et le verrouillage technologique, (iii) l’empreinte écologique de l’agriculture numérique ; (iv), le rejet par le monde agricole ou par les populations.

Comment un forum multi-partenaires peut-il aider à construire une vision commune?

Un forum multi-partenaires, tel que proposé par la FAO nous semble indispensable (i) pour partager les expériences de l’agriculture numérique afin de comprendre les déterminants de leur réussite ou des échecs et (ii) pour éclairer les politiques publiques en anticipant les bénéfices mais aussi certains effets négatifs attendus.

L’intégralité de la réponse est à retrouver sur la vidéo du webinaire:

Elle sera aussi reprise et explicitée dans un prochain article dans la revue Nature Sciences Sociétés.