Les 14 et 15 octobre, #Digitag a reçu Seth Laurenson et Remy Lasseur, chercheurs à AgResearch NZ

Lundi 14 et mardi 15 octobre 2019, des équipes #DigitAg recevaient à Montpellier deux chercheurs d’Ag Research NZ, Seth Laurenson et Remy Lasseur. A cette occasion, ils ont présenté leurs travaux devant une trentaine de personnes à la Maison de la Télédétection. Leur retour sur leur visite.

Seth Laurenson, AgResearchNZ (crédit : Alan Gibson)

Conférence

How can we help drive the right transformation change in our landscapes?
Comment pouvons-nous contribuer à la transformation de nos paysages ?

Dr Seth Laurenson et Dr Remy Lasseur ont récemment lancé 2 grands programmes pour fournir des ressources d’aide à la décision pour les agriculteurs et décideurs, afin de les aider à choisir des combinaisons d’activités d’utilisation des terres qui donnent de meilleurs résultats au niveau du bassin versant. Leur approche comporte deux volets : 1) la science et la modélisation spatiale associées à la multifonctionnalité du paysage et 2) l’utilisation d’approches de visualisation assistée par ordinateur (3D, RV, etc.) pour appuyer les processus de prise de décision. Ils s’attendent à ce que leurs résultats aident les propriétaires fonciers à visualiser les diverses utilisations de leurs terres et à voir à quoi ressembleraient leurs propriétés à la suite de changements dans l’utilisation des terres, ainsi qu’à comprendre comment ces changements affecteraient la perte de nutriments, les finances agricoles, la séquestration du carbone, la biodiversité etc.

Lors du séminaire #DigitAg, ils proposaient d’aborder les questions clés de recherche suivantes :

  • Les paysages peuvent-ils être redessinés de manière à offrir une plus grande multifonctionnalité sous la forme de biens et de services, mais aussi de services écosystémiques permettant ainsi d’améliorer les synergies entre quatre types de bien-être, notamment les résultats environnementaux, financiers, sociaux et culturels ?
  • Comment la visualisation facilite-t-elle la transition vers une plus grande multifonctionnalité dans le paysage, et quels processus sociaux/communautaires/de groupe améliorent l’efficacité de ces techniques ?
Leur retour :

En Nouvelle-Zélande il y a un intérêt grandissant pour des paysages avec une diversité d’utilisation des sols plus importante que celle des paysages actuels suivant l’hypothèse que des paysages plus divers seraient capables de délivrer simultanément les bénéfices environnementaux, financiers et sociaux désirés par la société.

Nous avons rencontré des chercheurs membres de #DigitAg qui travaillent sur des méthodologies qui d’une part permettent d’intégrer différentes perceptions du monde dans les processus de prise de décisions et d’autre part permettent de visualiser les conséquences de ces décisions.

Les approches développées par les chercheurs impliqués dans #DigitAg sont d’un grand intérêt pour nous. Nous espérons que les conversations que nous avons engagées pendant notre visite vont continuer et nous permettront d’identifier des opportunités de collaboration sur de futurs projets de recherche.Transformer les paysages nécessite des informations complexes et nous sommes convaincus que le développement de nouveaux outils et méthodes peut grandement faciliter la diffusion de ces informations. En particulier, les échanges avec nos collègues de #DigitAg ont renforcé l’idée que les conversations entre acteurs du territoire, facilitées par l’utilisation d’outils et de modèles, sont extrêmement bénéfiques.

Nous sommes maintenant dans le processus d’appliquer les enseignements de notre voyage en France à notre travail sur HyperFarm, un outil conçu pour inciter les propriétaires terriens à considérer des changements de paysages.

 

Lieu de la conférence : Maison de la Télédétection, 500 rue JF Breton (Salle Saltus)> plan d’accès

 

Leurs pages personnelles

Visite

Contact organisation : sigolene.rousseau [AT] supagro.fr