Conférence “Agriculture de précision en Nouvelle-Zélande”, lundi 22 octobre 2018


La délégation néo-zélandaise de la mission scientifique « Agriculture de précision » organisée par l’ambassade de France à Wellington était à Montpellier les 22 et 23 octobre 2018 pour rencontrer des équipes montpelliéraines de l’Institut Convergences Agriculture Numérique #DigitAg. A cette occasion, les collègues scientifiques néo-zélandais ont donné une conférence sur l’Agriculture de Précision en Nouvelle-Zélande. Les présentations sont à télécharger.

 

Télécharger les présentations

Programme

17h15 – Mot d’accueil  – Véronique Bellon-Maurel (Directrice #DigitAg, Irstea)

17h30 – Dr Mark Shepherd (Principal research scientist, AgResearch, Mark.Shepherd [AT] agresearch.co.nz)
Dr Julie Cakebread (Researcher, AgResearch, Julie.Cakebread [AT] agresearch.co.nz)

Transformation de l’agriculture : production et chaînes de valeur
AgResearch est l’un des instituts de recherche de Nouvelle-Zélande. Son objectif est de créer des systèmes agricoles « intelligents » et durables, des denrées alimentaires et des bioproduits recherchés.  Cette organisation estime que les technologies numériques nous aideront de deux manières distinctes mais liées : – en tant que catalyseur d’excellence scientifique (poser des questions nouvelles), c’est à dire, pour développer des options / solutions, ou – en tant que un créateur / protecteur de valeur au sein d’une entreprise commerciale, c’est à dire, pour mettre en oeuvre des solutions. Dans son programme de recherche sur l’agriculture numérique, AgResearch vise à établir une «preuve de concept» selon laquelle les technologies numériques peuvent aider à transformer les systèmes agricoles et les réseaux de valeur. Deux cas d’utilisations seront décrits, en production et dans la chaîne de valeur.

Dans le système de pâturage, l’urine des animaux  est une source majeure de pertes d’azote dans l’environnement. AgResearch utilise les technologies numériques pour comprendre les variations spatiales, temporelles et inter-animales des caractéristiques de la miction. Ces informations peuvent-elles conduire à une meilleure aide à la prise de décision en matière de gestion des animaux dans le but de réduire les pertes en azote ? La chaîne de valeur des produits agro-alimentaires est complexe et de plus en plus centrée sur le consommateur. Afin de créer une chaîne de valeur capable de répondre aux demandes des consommateurs, nous devons être en mesure d’adapter les pratiques à la ferme (modèle bidirectionnel) pour produire du lait avec l’attribut requis par le consommateur. Il s’agit de mieux comprendre les liens entre les pratiques à la ferme et les attributs du lait hors ferme. Les données d’un essai récent visant à déterminer ces liens seront présentées.

17h50 – Dr Matteo Poggio (Pedometrician, Research Scientist at Landcare Research, Massey University, PoggioM [AT] landcareresearch.co.nz)
& Dr Joseph Pollacco (Permanent researcher, Landcare Research, PollaccoJ [AT] landcareresearch.co.nz)

Approches de détection proximale et à distance pour l’analyse quantitative du sol en Nouvelle-Zélande.
La Nouvelle-Zélande se caractérise par une grande diversité de facteurs environnementaux, liés au climat, à la biologie, la géologie, dont les interactions contribuent aux grandes variations des propriétés du sol, qui peuvent être observées à différentes échelles – de la parcelle nationale à la parcelle individuelle. L’exploitation de la variabilité du sol, dans l’espace et dans le temps, est une étape critique dans la gestion durable des ressources du sol. Le paradigme de l’agriculture de précision fournit une illustration de la valeur de ces informations: si un zonage spécifique à un site peut être délimité pour les nutriments, les agriculteurs disposent d’une base de données pour affiner leurs apports (nutriments, eau) et de les adapter aux exigences locales de la culture. Si les sols d’une exploitation, voire d’un champ, peuvent être divisés en zones contiguës en fonction de leur réserve utile, des plans d’irrigation spécifiques au site peuvent être développés pour optimiser l’utilisation de l’eau et minimiser les effets nuisibles tels que le ruissellement ou le lessivage. Grâce à l’acquisition rapide et abordable de données massives , il est possible de mieux comprendre la variabilité spatiale, temporelle et hydrologique du sol. Les avancées actuelles en matière de conception de capteurs, de robotique, de miniaturisation, de programmation, et la combinaison de capteurs dans une plateforme multi-capteurs accélèrent notre capacité à apporter de nouvelles connaissances précieuses pour promouvoir des pratiques durables capables de préserver les ressources du sol.

18h10 – Dr Roger Robson-Williams (General Manager Science – Sustainable Production, Plant and Food Research, roger.Robson-Williams [AT] plantandfood.co.nz)
Dr Damian Martin ( Science Group Leader for Viticulture and Oenology, Plant and Food Research, Damian.Martin [AT] plantandfood.co.nz)

Technologies numériques émergentes dans l’horticulture en Nouvelle-Zélande.

La révolution numérique se réfère aux changements d’un secteur rendus possibles par les progrès de l’acquisition et du traitement de données bon marché, rapides et fiables, des analyses sophistiquées, des services cloud, des technologies sans fil, des objets connectés et de l’intelligence artificielle. Ces technologies offrent la possibilité à un large éventail d’entreprises d’améliorer leur efficacité opérationnelle et ont permis la création d’un certain nombre de modèles d’activité, parfois perturbateurs tels Uber et Airbnb.
La question posée par Plant and Food Research est “comment la chaîne de valeur de la filière horticole de la Nouvelle-Zélande pourrait-elle être transformée ou perturbée par la révolution numérique ?” Les plates-formes technologiques nécessaires pour permettre cette transformation ont été étudiées, en particulier: réseaux de capteurs et connectivité; informatique dans la chaîne de valeur agroalimentaire (y compris la connaissance des consommateurs) ; modèles de Cloud Computing; et systèmes cyberphysiques (robotique). La licence sociale nécessaire pour les mettre en œuvre a aussi été étudiée.

Le développement et l’intégration interdisciplinaires de ces plates-formes constituent une évolution du concept d’agriculture de précision (optimisation de l’efficacité des systèmes de production essentiellement agricoles), avec une applicabilité accrue à l’ensemble de la chaîne de valeur. Nous appelons cela «Smart & Connected AgriFood».

18h30 – FIN – Apéritif

 

Print Friendly, PDF & Email