Challenge Innov’Agro : Lauréats 2017 et Atelier Graduate School


Après une semaine à phosphorer sur le thème “Analyser la signature sonore de la ferme” au pôle Réalis, les équipes du Challenge Innov’Agro 2017 porté par la Chaire AgroTIC, ont défendu le 17 novembre à l’hôtel FrenchTech de Montpellier, dans le cadre de la DigiWorldWeek, les services qu’ils ont imaginé pour améliorer la qualité de vie des agriculteurs. En parallèle, les responsables des masters de la Graduate School étaient invités à échanger lors de la seconde journée du Challenge. Retour sur cette semaine d’innovation.

 

 

Les équipes-projets

Composées d’étudiants agronomes (Montpellier SupAgro, Bordeaux Sciences Agro), informaticiens/électroniciens (Polytech) et commerciaux (Montpellier Business School), ainsi que d’un représentant de l’Université de Montpellier, les équipes ont présenté leurs solutions techniques et business plans devant le jury composé de Alexandre Diaz (Isagri), Charlotte Grandbastien (SMAG), André Masseran (Apca) et Christophe Pennequin (Racine).

  • Pitch 1 – Equipe APIPA : Assistant Personnel Intelligent pour les Agriculteurs (éleveurs bovins)
  • Pitch 2 – Equipe SONAG : maintenance préventive des machines agricoles
  • Pitch 3 – Equipe CHASS’AM : détection et effarouchement de sangliers
  • Pitch 4 – Equipe CHICKENSURANCE : suivi du bien-être animal / sécurité contre les prédateurs en élevage avicole
  • Pitch 5 – Equipe ASIS  : détection de ravageurs de culture à grande échelle  (suivi de la Noctuelle défoliatrice, ravageur de la betterave).

 

Les lauréats

Le Grand Prix du Jury a été décerné à CHASS’AM !

Bravo à Martin Verdier (PolyTech-MEA), Pierre Puctrabey (Bordeaux Sciences Agro, spécialité AgroTIC), Alexandra Peres, Chloé Dupuis et Anne Vaillant (Montpellier SupAgro , spécialité AgroTIC)  !

Le Coup de coeur a été attribué à APIPA pour son Assistant Personnel Intelligent pour les Agriculteurs (éleveurs bovins).

 

 

Que vous a apporté de participer à ce challenge ?

Alexandra :Contacter agriculteurs, éleveurs de sangliers et chasseurs nous a permis de mieux cerner le contexte et de confirmer l’importance de notre solution pour résoudre ce problème très actuel. Participer au challenge a été très enrichissant, nous avons travaillé en équipe avec des compétences différentes et dans un temps imparti. C’est également un bon moyen d’apprendre à pitcher.

 

Martin : “Je me suis surtout intéressé à l’aspect technique mais j’ai aussi appelé des agriculteurs : le sujet choisi répond à un réel besoin. Cette semaine a été vraiment intense, elle apporte beaucoup d’information sur le démarrage d’un projet et d’une startup. Grâce à ce projet j’ai découvert qu’il n’y avait pas que l’électronique et qu’on ne construisait pas une entreprise avec des transistors !

 

Pierre : “Agriculteurs, chasseurs et éleveurs de sangliers sont prêts à discuter de solutions que des entrepreneurs pourraient leur apporter. Participer à ce challenge m’a permis de rencontrer d’autres entrepreneurs du pôle Réalys, d’en apprendre plus sur les opportunités d’accompagnement. Cela m’a rassuré pour entreprendre par la suite.

 

Contact Challenge : leo.pichon [AT] supagro.fr

Plus d’information sur :  Challenge Innov’Agro 2017  – Pôle Realis – French Tech Montpellier  –  DigitWorldWeek 2017

 

Atelier d’échange de la Graduate School

Le 7 novembre dernier, les responsables des masters étaient invités à découvrir le Challenge InnovAgro au pôle Realis. Au programme, présentation / bilan du dispositif, échanges de pratiques et discussions avec les étudiants, 

Les échanges ont surtout concerné l’organisation amont du challenge et, de manière générale, les points de vigilance pour co-organiser ce type d’événement entre différentes structures. En voici quelques conclusions.

Des difficultés organisationnelles ont été relevées, en grande partie dues à des problèmes de concordance d’emplois du temps entre les différentes structures (cela représente parfois trop d’heures de cours, voire d’examens, à rattraper pour les étudiants) ; une nécessité de reconnaissance du temps passé, tant pour les étudiants (crédits ECTS) que pour les membres des équipes pédagogiques (heures reconnues).

Quelques leviers ont été proposé. Par exemple, éviter de bloquer une semaine entière en organisant le challenge sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois, mais cela risque de diminuer  l’aspect productif et « challenging ». Les organismes pourraient aussi organiser les challenges à tour de rôle mais cela nécessite que chacun s’implique d’avantage. L’importance de moments conviviaux a été notée : lieu dédié (le pôle Réalis cette année), disposer d’un moyen de restauration  informel, commun aux étudiants et organisateurs (par exemple un Food Truck). D’autres exemples ont été mentionnés : groupes facebooks, cafés d’échanges,…

A noter :

  • Le choix du thème agricole n’a pas été identifié comme un frein pour motiver des étudiants aux formations plus techniques ou éloignées. Au contraire, ils voient cela comme des cas d’applications de leurs formations, des sujets concrets lesquels ils peuvent avancer.
  • Si la complémentarité entre les formations agronomique, technologique et économique/marketing était bien présente, elle aurait pu être renforcée par des effectifs plus importants, mais aussi par l’ouverture à d’autres formations comme par exemple les formations du domaine juridique.

Et les doctorants ? Aujourd’hui Le challenge Innov’Agro vise les étudiants en Master. Cependant, leur expérience de participation à la journée “Flash Project” organisée par le collège doctoral en septembre dernier, a été très bénéfique pour amorcer le challenge (faire connaissance entre étudiants) et les échanges avec les thésards.

Il semblerait pertinent l’an prochain de s’appuyer sur ce type de dispositifs dans le cadre de la Graduate School.

Nous avons rencontré l’équipe qui travaillait sur un piège à insectes basé sur la signature sonore spécifique de la cicadelle. Ce groupe de 5 étudiants (3 AgroTIC, 2 Polytech, 1 MBS) nous a expliqué leur projet, leurs questionnements, et leurs méthodes de travail. Ce mardi 7 novembre constituait le 2ème jour du Challenge : ils avaient choisi leur sujet (ainsi qu’un logo !), interrogé des utilisateurs (contacts mis à disposition par les organisateurs, mais aussi les membres de la Chaire AgroTIC) et réfléchissaient aux choix technologiques et au business model de leur solution.
Les sujets des 4 autres équipes : détection du stress en élevage, détection des prédateurs, commande vocale et analyse des sons des machines agricoles. Certains d’entre vous ont pu échanger avec plusieurs de ces groupes en fin de journée.

 

Témoignage de la startup Atout Territoire

Pour montrer la complexité à monter son entreprise et mener son projet, mais aussi les différents dispositifs permettant de se lancer (bourses, concours, partenariats…), chaque journée du challenge Innov’Agro est ponctuée de témoignages et retours d’expériences d’entreprises.

Ces retours concrets permettent aux étudiants de poser des questions concernant leurs projets au sein du Challenge, mais aussi sur leurs projets professionnels.

Ce 7 novembre, le témoignage d’Atout Terroir portait sur le lancement d’une start-up autour du conseil viti-vinicole. Les accents ont été mis sur l’importance des concours existants, non seulement pour lever des fonds, mais aussi se faire connaître et constituer son réseau.

 

 

Contact Graduate School : nina.lachia [AT] supagro.fr