[Atelier Challenges] TIC et services de conseil en agriculture en France et en Afrique


Quels services TIC de conseil en agriculture en France et en Afrique ? Julie Labatut et Guy Faure, animateurs des challenges 5 & 8 de #DigitAg vous proposent le 30 juin à 9h un atelier en 2 temps : 4 présentations invitées, suivies d’un temps d’échange sur les sujets de thèses à monter.

L’atelier a permis d’aborder différentes dimensions des services de conseils et des TIC en France et en Afrique.

Marianne Cerf, dans un premier temps, a mis en avant la façon dont la transition agro-écologique implique la prise en compte des différentes dimensions de l’activité des agriculteurs et des conseillers. Un projet CASDAR est prévu pour faire le point sur les outils et réseaux mis en oeuvre pour favoriser la TAE.

Pierre Labarthe a présenté le projet H2020 AgriLink qui vise à analyser et accompagner les transformations des services de conseil agricole en Europe dans un contexte de transition vers le développement durable. Le projet s’intéresse par exemple au rôle du conseil et des plateformes d’accès aux connaissances dans les innovations plus sociales (exemple des agricultures collectives).

Justin Kouakou a ensuite présenté les différentes innovations liées aux TIC pour le conseil agricole développées par Orange en Afrique pour à la fois améliorer les revenus des agriculteurs, accroître la productivité agricole et renforcer la chaîne de valeur.

Madeleine Jonsson, s’interrogeant sur la capacité des TIC à intégrer les demandes des agriculteurs dans les pays en développement, a étudié les plateformes de connaissances en Afrique et en a dégagé cinq formes institutionnelles.

Le débat qui a suivi a mis en avant les questions liées à l’analyse des plateformes de connaissances : quelles figures contractuelles, quelles propriétés des données, quels modèles économiques et comment créer de la valeur sur ces données ?

Deux dimensions pourront faire l’objet d’approfondissements :

Comment le numérique prend en compte les demandes des agriculteurs, comment c’est co-conçu et comment analyser leurs usages ?

Quels modèles économiques / politiques et scientifiques : quelles coallitions, quels impacts sur le développement agricole.

 

Déroulé  :

9h20 – Introduction de la matinée, Julie Labatut (UMR AGIR, INRA Toulouse) et Guy Faure (UMR INNOVATION, Cirad Montpellier)

1e partie 1 (ouverte à tous)

9h30 – Accompagner les agriculteurs dans la transition agroécologique : quelle évolution du conseil et quelle place des outils numériques ?

par Marianne Cerf (INRA SAD) – télécharger la présentation (pdf)

Si on considère que la transition agroécologique implique une modification profonde de leurs systèmes de travail (reconception) par les agriculteurs, accompagner l’agriculteur dans ce processus nécessite de repenser la façon d’exercer le métier de conseiller agricole et plus largement invite à reconsidérer la place du conseiller dans ce travail de reconception. Comment des conseillers sont-ils engagés dans cet accompagnement ? Quels outils mobilisent-ils pour cela? Comment les agriculteurs ont-ils recours au conseiller et comment le développement d’outils numériques permet ou empêche les agriculteurs comme les conseillers de mettre en place un processus de reconception ? Et comment tout cela nous questionne sur la façon de proposer de nouveaux outils basés sur le numérique ?

10h- Le rôle du conseil et des TIC dans les dynamiques d’innovation agricole: présentation du projet européen AgriLink.

par Pierre Labarthe  (INRA, UMR AGIR) – télécharger la présentation (pdf)

Le projet AgriLink est un projet de 4 ans (2017-2021) financé par la Commission Européenne (H2020). L’objectif est de comprendre la contribution des services de conseil agricole aux dynamiques d’innovation. La question des TIC sera intégrée au projet dans différentes perspectives : 1) en étudiant leur utilisation par les agriculteurs dans différents « domaines d’innovation » ; 2) en analysant comment elles transforment les modèles de gouvernance du conseil agricole ; 3) en mettant en place des Living Labs pour participer à la conception de formes innovantes de conseil s’appuyant sur les TIC.

10h30 – L’expérience d’Orange en services de conseil agricole en Afrique de l’Ouest. Quels conseils ? quels outils ?

par Justin Kouakou, Chef de projets Mobile Agriculture, Orange Afrique & Moyen-Orient – télécharger la présentation (pdf)

L’objectif de cette communication est de montrer comment l’opérateur Orange à partir des préoccupations des agriculteurs en Afrique a su développer et lancer des services et solutions numériques en terme de conseils agricoles adaptés pour les satisfaire. Les préoccupations de ces agriculteurs sont les suivantes : Amélioration leur productivité agricole ; Améliorer leurs revenus agricole ; Améliorer toute la chaine de valeur agricole. Depuis la production jusqu’à la commercialisation. Orange a déployé à ce jour 14 services et solutions numériques et TIC pour les satisfaire dans près de 8 pays de l’Afrique subsaharien.
Cependant, les challenges et défis dont fait face Orange aujourd’hui dans le déploiement de ses solutions et services mobile agriculture sont entre autres : Comment permettre à l’ensemble des agriculteurs à avoir accès à ces services vu qu’ils sont illettrés dans la majeure des cas et vu que ces populations qui vivent dans les zones reculées en Afrique n’ont électricité ni couverture téléphonique ? Comment amener les bailleurs de fonds à financer les projets e-agriculture en destination des agriculteurs ? Comment travailler avec des fournisseurs de contenus agricoles de façon viable et pérenne ?

11h – Expériences de conseils agricoles en Afrique (Kenya)

par Madeleine Jonsson (AgroParisTech Paris) – télécharger la présentation (pdf)

The objective of this communication is to discuss the capacity of emerging information and communication technologies (ICTs) in providing knowledge to farmers in Kenya.

Research findings confirm a substantial development of ICTs in the agricultural sector this country. The specific objective for this development is to reach a rapidly increasing population with knowledge more effectively compared to traditional agricultural extension services intervention. Yet, there are a number of factors that must be taken into account for these tools to supply farmers with knowledge based on their demands. The results show that ICTs devices have a cost and they are not impartial repositories disseminating neutral information to all. The quality of the service is also a concern; there is a gap between farmers’ demands for co-production of the advice and the design and management of ICT devices. Denying such particularities may exclude certain social groups. Recognising such difficulties could, nevertheless, help these devices develop into powerful complements to agricultural extension support systems


2e partie (restreinte aux membres #DigitAg)

11h30 – émergence de sujets de thèses.

 

Lieu : Montpellier SupAgro, Salle 106 (accès depuis le hall d’honneur Ph. Lamour)

Inscriptions closes

contact [at] hdigitag.fr

Contact scientifique : Julie Labatut (INRA, UMR AGIR, Toulouse, julie.labatut [at] inra.fr ) et Guy Faure (Cirad, UMR INNOVATION, guy.faure [at] cirad.fr )